Salon de l'humain à Toulouse Penser et agir autrement pour bien vivre

Le 19 mars 2016 de 13h30 à 14h45

Sophie Bouquet-Rabhi, L’enjeu de la bienveillance et le changement de société

Hall 8, Parc des Expositions à Toulouse |  

Sophie Rabhi-Bouquet

Tarif : 15 euros comprenant :

  • la conférence de Sophie Bouquet-Rabhi
  • l’accès illimité au Salon pendant les 2,5 jours
  • les 46 ateliers (places limitées, inscription auprès des animateurs sur les stands correspondants)
  • les 33 conférences
  • la table-ronde
  • le concert gratuit de Lorenza, Chants Navajo

Où se procurer la place ?

A la Librairie Privat14 rue des Arts, 31000 Toulouse, du lundi au samedi de 10 heures à 19 heures.

A la Mane9 avenue Lagarde, 31130 Balma, sur rendez-vous au 06.82.11.47.42.

Ou directement sur le Salon, sous réserve de places restant disponibles.

*************************************************************************************************************************

La conférence de Sophie Bouquet-Rabhi : « L’enjeu de la bienveillance et le changement de société »

« Je suis née en Ardèche, au coeur de l’aventure familiale de mes parents Pierre Rabhi et Michèle Rabhi qui ont fait leur retour à la terre au tout début des années soixante. J’ai grandi, avec mes 4 frères et sœurs, parmi les animaux de la ferme, dans un grand bois de chênes proche d’une rivière. Nous avions un élevage de chèvres et une production de fromages.
Quand les enfants ont grandi et ont quitté la ferme, ma mère s’est affiliée à Accueil Paysan pour devenir lieu d’accueil d’enfants. Je l’ai accompagné dans ce projet et je suis devenue animatrice à la ferme. C’est ainsi que j’ai fait mes premières expériences pédagogiques.

Lorsque j’ai attendu mon fils ainé né en 1997, j’ai suivi une formation en communication et audiovisuel mais je n’entrevoyais pas le moyen de m’épanouir dans cette voie. De plus, à partir du moment où je suis devenue maman, l’avenir des enfants de cette planète est devenu ma priorité. J’ai beaucoup entendu parler des problèmes du monde et de l’humanité dans mon enfance et mon adolescence, et contribuer à changer les choses à travers l’accompagnement de l’enfant est devenu nécessaire pour moi.
J’avais compris, grâce à Maria Montessori, Arthur Janov, Alice Miller et bien d’autres rencontres et lectures, que les problématiques humaines sont liées à un manque d’écologie à l’égard de nous-même. Retrouver la nature de l’humain m’est apparue comme une urgence indispensable.

Nous avons appelé cette école « Pédagogie de la bienveillance » car notre pratique est fondée sur la bienveillance à l’égard de l’enfant. L’enfant a le droit de grandir dans un environnement qui le respecte profondément, dans lequel il n’aura pas peur, il ne sera pas menacé, ni sanctionné, ni dévalorisé. Bien au contraire, dans notre école, nous privilégions la relation de confiance. Nous permettons aux émotions de s’exprimer, nous accueillons l’enfant tel qu’il est, sans le juger et nous nous attachons à devenir des partenaires de son développement.